HANOI, PREMIERE ESCALE

Photo Credits : Tung Visto

Ma famille et moi avions quitté le Viêt-Nam quelques années après la chute de Saïgon, ma ville natale. Vingt-trois années se sont écoulées avant que je puisse revenir au Viêt-Nam. Et encore quelques années avant que je n’y retourne avec la famille que j’ai fondée.

Le Viêt-Nam est constitué de trois grandes régions : le Nord, le Centre et le Sud. Chacune des régions possède sa propre identité : la langue et la cuisine diffèrent selon si vous êtes du Nord ou du Sud.

Nombreux sont les Vietnamiens qui ne connaissent pas leur propre pays. Ils n’ont ni l’argent ni le temps de faire du tourisme.

Pour ce premier périple au Viêt-Nam, j’ai choisi d’emmener ma famille dans le Nord. Nous avons atterri à Ha Noï, la capitale. En ce mois de juillet, la chaleur était étouffante dès les premières heures du matin. 29°C à 8h et 90% d’humidité. C’est bien un pays tropical.

Credit Photo : Tung Visto

Il est inutile de s’aventurer dans la ville aux heures les plus chaudes. Il vaut mieux se reposer au frais dans la chambre d’hôtel pour récupérer du décalage horaire et s’acclimater doucement aux morsures du soleil.

Ce qui est aussi déroutant pour un Français ou plus généralement un occidental, c’est la circulation. Impressionnante, dense, tourbillonnante, effrayante et fascinante en même temps. En voici un exemple dans la video ci-dessous. A partir de la minute 27, il y a une femme habillée en noir (en bas de l’écran à droite) qui traverse cette place. Tranquillement. C’est ainsi qu’il faut traverser au Viêt-Nam : aller d’un pas assuré et surtout au même rythme. Et n’attendez pas qu’on vous laisse traverser car personne ne vous laissera la priorité.

 

Le piéton est considéré comme un pauvre qui n’a pas les moyens de circuler en moto. Le Vietnamien enfourche sa moto pour faire deux mètres. C’est pourquoi les trottoirs sont délaissés par la population et sont peuplés soit de touristes étrangers, soit de commerces ambulants.

Dans un prochain article, je vous raconterai notre première étape : le  merveilleux lac Ba Bể qui signifie « Trois Baies ». Mais avant de vous quitter, je vous délivre notre itinéraire :
HANOI // LAC BA BE // SA PA // TAM COC // HA LONG

A très vite !

 

My family and I left Viêt-Nam few years after the fall of Saïgon, my native town. Twenty-three years past before I can return to Viêt-Nam. And several more when I came back with the family I founded.

Viêt-Nam consists of three main territories : the North, the Centre, the South. Each region has its own identity : the language and the cuisine vary accordingly.

Vietnamese people mainly don’t know their own country. Tourism requires time and money but they don’t have none of it.

For our first trip in Viêt-Nam, I chose to bring my family and visit the North. We landed in Ha Noï, the capital. In July, the heat is suffocating since the beginning of the day. 29°C at 8.00 AM and 90% of humidity. It’s a tropical country, no doubt.

Don’t dare to visit the city in the warmest hours. Stay cool at the hotel and recover from the jetlag and the heat.

What is disconcerting for French people and generally speaking for westerners is the traffic. Intimidating, dense, swirling, frightening and fascinating in the same time. Here above for instance a video. From the minute and 27, there is a woman dressed in black (in the far-right bottom of the screen) who crosses the plaza. Peacefully. And it is the right way to cross in Viêt-Nam : walk with confidence and at the same pace. Don’t expect anyone to let you cross cause nobody would pay attention to you.

The pedestrians are regarded as poor as if they don’t own motorcycles. Vietnamese ride their motorbikes for any reason. That’s the reason why they leave the pavements to foreign tourists and ambulant sellers.

I will soon write about our stop at the wonderful Lake Ba Bể which means « Three Bays ». Before leaving you, let me share you our itinerary : HANOI // LAC BA BE // SA PA // TAM COC // HA LONG

See you soon !

Cover Photo Credits : Tung Visto
Étiqueté , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire